Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 juillet 2010

Eponge

Commencer un nouveau boulot, c'est stressant, fatigant, et pour moi qui mets toujours un bon mois à me détendre, un peu intimidant aussi. Le premier mois, je suis en général dans la position de l'observatrice en retrait, pas d'initiative, pas un mot si je n'y suis pas obligée, je regarde, j'écoute, je fais ce qu'on me dit, j'ai une voix fluette et je me fais petite.
Après, quand j'ai pris mes marques et que j'ai cerné la dynamique des choses, j'ai presque tendance à basculer dans l'extrême inverse, c'est-à-dire avoir plein d'idées, mettre en place des trucs, plaisanter avec tous ceux qui le veulent bien, etc... Forcément ça ne m'attire pas que des amis chez les autres assistants, mais force est de constater que c'est ce qui marche pour moi, parce que les patrons ont tendance à aimer ma façon de bosser comme une malade et d'être toujours prête à glisser une remarque légèrement piquante dans la conversation. Et que quand les patrons m'aiment, je suis motivée comme jamais.

Mais pendant le premier mois, les gens se font souvent une image de moi basée sur mon apparente timidité (non-feinte, juste temporaire), ma voix toute calme et l'habitude que je prends souvent de ne pas trop aller vers les autres (je sens bien que j'ai tout faux, mais j'ai un mal fou à dépasser ça). Comme je parle peu, on me prend pour la fille qui n'a rien à dire. Comme j'observe énormément en silence, on me prend pour une petite chose fragile. Comme je m'exprime avec un simple filet de voix poli, on croit que je n'ai pas compris.
Et globalement, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité que la fille que je suis, quand je suis la petite nouvelle. Cette posture, bien que totalement instinctive, n'est pas du tout le reflet de qui je suis vraiment, elle n'est que temporaire, c'est ma façon à moi de m'adapter. Je regarde comment font les autres assistants lorsqu'ils arrivent quelque part, et ils ont tendance à aller facilement vers les autres. De temps à autres je rencontre des forces de la nature qui sont assertives dés la première minute, qui s'affirment dans une position de personne joviale qui tutoie tout le monde, claque la bise le deuxième matin et repère la machine à café avant la mi-journée. On a l'impression qu'ils ont toujours été là, ceux-là. Mais j'ai aussi remarqué que les personnalités les plus rapides au démarrage sur le plan du relationnel n'étaient pas nécessairement les plus bosseurs. Je ne veux pas devenir comme eux, juste trouver un juste milieu.

Mais le premier mois a tendance à passer comme ça, même quand j'essaye de me dire qu'il faudrait certainement s'affirmer plus vite et montrer tout de suite aux autres ce que j'ai dans le ventre. Et il y a toujours des gens pour me prendre pour la dernière des idiotes simplement parce que je ne parle pas beaucoup, ou parce que je réponds juste "ok"/"d'accord"/"entendu" (j'ai toute une panoplie de mots pour ça de façon à montrer que j'ai compris sans répéter le même mot, ce qui, j'ai remarqué, a tendance à être interprété comme quelque chose d'expéditif), et qui me répètent dans la même phrase la même instruction plusieurs fois. Et je ne suis pas réellement timide, je suis juste en phase d'adaptation, c'est ce que je fais et non qui je suis, alors dans ma tête j'ai l'impression de regarder ces personnes avec une deuxième paire d'yeux qui leur assène un regard désabusé, genre "tu n'est pas obligé de le dire cinq fois avant de finir ta phrase, tu sais, j'ai entendu, je t'ai dit que j'avais compris, maintenant laisse-moi aller le faire comme tu as dit et si ce n'est pas correct, là tu auras le droit de me prendre de haut"). Je suis enfermée dans le corps d'une assistante calme et patiente,mais je ne le suis pas. C'est juste mon costume des premières semaines.

C'est peut-être là que je prends un mauvais départ. Certainement. Quand les gens pensent m'avoir cernée et que je me montre plus extravertie que prévu, cela renvoie peut-être l'image d'une fille qui cachait sa vraie nature dans un premier temps. Une sorte d'hypocrisie.
Mais je ne connais pas encore de meilleur moyen d'apprendre et de m'imprégner de toutes les informations nécessaires sans passer en mode éponge pendant le premier mois. Surtout que dans le cas présent, je n'ai eu qu'une demi-journée avec mon nouveau collègue avant qu'il ne parte en vacances... si je n'ouvre pas les oreilles et les yeux maintenant, quand ?