Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 septembre 2008

Le début d'une belle histoire

Blondie a plein de qualités.
La chaleur humaine n'en fait pas partie.

Je ne sais pas si c'est moi (je ne voudrais pas caresser mon complexe de persécution dans le sens du poil), mais vraiment, le courant ne passe pas. Elle me prend toujours de haut, se montre ostensiblement exaspérée quand il faut m'expliquer quelque chose, et surtout, elle m'ignore royalement. Ce qui fait que souvent, je n'ai rien d'autre à faire que répondre au téléphone ; vu qu'il sonne toutes les 2 minutes, c'est déjà bien, mais rien de très stimulant. Chaque fois que je propose d'aider, elle me dit qu'elle n'a besoin de rien mais je la vois bien, elle court dans tous les sens...
Et encore, parfois quand je décroche, je l'entends maugréer qu'elle n'a pas eu le temps de répondre...

J'ai souvent avec elle l'impression que ma présence la dérange.
Par exemple quand, au téléphone, elle dit en riant à une amie "ce serait bien que tu viennes nous rejoindre en février, on serait sûr d'avoir quelqu'un de bien au moins !". Mange-toi ça.
J'ai pourtant tout fait pour essayer de me rendre utile, de charmante compagnie (j'ai apporté des confiseries et des croissants pour sa corbeille à glucides !), motivée... mais rien à faire. Elle semble vraiment mal disposée à mon égard.

Si je n'avais pas passé les 10 derniers mois à être une valeureuse petite assistante, j'en douterais presque de moi.

Alors quand ce matin, je suis arrivée 30mn en retard alors que le RER C a été interrompu près d'une heure, essoufflée, désolée, et agitant mon mot de la SNCF comme une désespérée, je ne m'attendais pas à ce qu'elle me tape sur l'épaule avec compassion. "Je suis désolée, les trains ont été coupés pendant presqu'une heure..."
Elle m'a juste dit "mais ça va pas aller ça", et je lui ai répondu avec mon ton navré de la fille sincèrement contrite, bien que je n'y sois pour rien : "je ne peux pas faire rouler les trains, et si je pouvais je déménagerais, crois-moi !". Mais je pense que son opinion étant faite, ça ne change rien d'être de bonne foi.

Je me prépare des mois d'une froideur glaciale, je pense.
Ptet que j'aurais dû surnommer Blondie "la Reine des Glaces" ?

EDIT : je viens de prendre un appel et son regard est exaspéré. La connaissant, si je m'y prenais mal, elle me l'aurait dit sans ménagement ; je pense donc que c'est simplement le fait de partager son travail avec moi qui l'insupporte. Je sais bien, chère Blondie... moi-même étant également une control freak, céder une demi-journée sur deux le contrôle de mon boulot à Duracell me demande de prendre sur moi. M'enfin, hein, on va pas y arriver si tu le prends comme ça.

Commentaires

Le bon côté des choses est que ton retard semble au moins l'affecter. Si elle était restée indifférente, ça aurait été de moins bonne augure. Et puis ça montre que tu n'es pas si inutile ! Si ça se trouve elle pense que tu es plus douée qu'elle au même stade... Il faut "juste" un peu de temps pour s'intégrer dans une équipe, c'est comme ça partout je pense.

Écrit par : akito | mardi, 16 septembre 2008

Je compatis, dans ma douce classe l'an dernier, un connard m'a fait la vie dure car il avait peur que je le batte dans les points, un truc qui m'intéresse absolument pas... Bref, je peux comprendre...

Écrit par : Marsh' | mardi, 16 septembre 2008

La reine des glace sonne bien...
Mais elle doit être énorme à grignoter tout la journée, non ? Auquel cas, "Boule de neige" me semble tout indiqué.

Écrit par : Random | mercredi, 17 septembre 2008

Même pas !
Je lui ai dit "c'est incroyable que tu gardes la ligne avec tout ça". Elle l'a mal pris. Je comprends rien aux gonzesses...

Écrit par : ladyteruki | mercredi, 17 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.