Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 juin 2008

Le partage des tâches

J'ai déjà vécu avec un homme et je pensais avoir expérimenté pas mal d'incongruités au niveau du partage des tâches. Fort heureusement, DOM THOM a encore des choses à m'apprendre sur ce sujet ! C'est vraiment magique la cohabitation avec elle.

Donc, suivez bien le mouvement, vous pourriez apprendre quelque chose.

Depuis ce matin, Monsieur Patron a un gros dossier à nous faire faire et qui doit être prêt lundi soir. Mais ce matin, comme Monsieur Patron était super populaire et demandé au téléphone par des tas d'admirateurs, on n'a pas eu le temps de faire un point sur le sujet, qui doit impérativement être fait à trois, parait-il, parce que c'est vraiment un gros gros dossier, genre le ministre va lire ça dans une obscure réunion avec le Président de la République, rien d'important donc. Donc quand il (Monsieur Patron, hein, pas le Président de la République) part déjeuner vers 12h30, il nous dit "on voit ça quand je reviens". Bien.

Je déjeune donc, DOM THOM comme d'habitude attend qu'il soit presque 14h pour descendre déjeuner et naturellement, quand Monsieur Patron revient, ya de nouveau plus qu'une seule assistante. Donc on attend que DOM THOM remonte ; il est alors au bas mot 14h45.

On commence le point à 15h (c'est que voyez-vous, DOM THOM avait des impressions à finir... elle oublie de spécifier qu'il s'agit d'impressions de recettes de gâteau à l'ananas, non je n'invente pas, elle s'en vante devant moi en plus). Et effectivement, ce dossier à finir lundi soir, c'est du costaud. Pour vous donner un ordre d'idée, ce que l'Encyclopedia Britannica édite en plusieurs volumes, nous on va s'efforcer de le mettre dans une seule grosse chemise et de fourguer ça à notre malheureux ministre de tutelle. (VDM pour le ministre qui devra se taper la lecture)

Et c'est à faire en 9 exemplaires. Pour que d'autres pontes du ministère puissent se réjouir de recevoir la même littérature que le ministre. On ne veut pas les froisser en leur laissant croire qu'on a remarqué que le ministre est plus important qu'eux, pas vrai ?

On fait donc la liste intégrale de tous ces documents, et en revenant dans la partie secrétariat du bureau (c'est-à-dire le mien, par lequel elle doit passer pour rejoindre le sien...), elle me dit "bon, je vais prendre mon remontant". Elle parle de son café et pas de ses médicaments qu'elle a confessé ne pas prendre, parce que, je cite "faut les prendre en mangeant et j'ai pas très faim en ce moment". On est sur la voie de la guérison, je vous l'dis !

Donc retour dans le bureau, il est 16h, et DOM THOM vient me voir avec ce qu'elle a pris en note (ooooooooh me dis-je intérieurement) et me demande avec tout le sérieux du monde "Bon, on fait comment ? Tu t'occupes des documents, j'imprime les étiquettes ?". Je me retenais tellement de rire que j'ai accepté ce deal pourri : elle va tirer 9 planches d'étiquettes, et moi 9x100 pages de documentation.

Elle n'a pas précisé qui allait s'occuper de mettre tout ça dans des chemises, par contre. Pour que ce soit équitable, il faudrait que ce soit moi qui le prenne en charge, vous ne pensez pas ? 

Les commentaires sont fermés.