Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 juin 2008

Elle court bien pour une malade...

DOM THOM pète le feu, en fait. Elle ne prend des airs malades que lorsqu'il s'agit de partir en pause. Comme Monsieur Patron lui a donné un dossier à faire en deux exemplaires, elle est quand même un peu occupée le reste du temps.

Elle court, elle rit... Si j'avais une maladie étrange qu'aucun médecin ne comprendrait ni ne serait sûre de soigner, je pense que je serais abattue ; sans compter la fatigue que ladite maladie est censée lui infliger...

Je note que Monsieur Patron ne dit rien... parfait, je décrète donc que ce soir, je vais pas trainer dans le coin. S'il ne veut pas l'obliger à admettre qu'elle est une feignasse, je lui prouverai en la laissant bosser ce soir.

Le problème de Monsieur Patron, c'est pas qu'il ne voit pas quand on bosse bien, non il me le dit régulièrement et ne se gène jamais pour me glisser des mots aimables. Par exemple quand je me suis tuée à faire 25 dossiers en une heure pour une réunion, et qu'il m'en rapporte qui n'ont pas été utilisés, il me glisse souvent "vos dossiers ont été bien utiles" ce qui est sa façon, je présume, de ne pas me faire me sentir mal parce que j'en ai fait 10 pour rien. Ou alors, quand je reste tard comme avant-hier et hier soir, que j'ai les cernes qui se violettisent à mesure que la soirée avance (mais comme la nuit tombe, tout va bien ça ne se voit pas), il me dit "je suis conscient de vous demander beaucoup plus que ce qui est exigible et je saurai m'en souvenir". 'Voyez, il n'est pas aveugle.

Non, le problème de Monsieur Patron, comme je pense de beaucoup trop de cadres dans son genre, c'est qu'il ne veut pas avoir à arbitrer pour les gens qui ne bossent pas bien.

Ca prend trop de temps, c'est trop compliqué... mais pendant ce temps, moi, ça m'use les nerfs de voir ce foutage de gueule où DOM THOM court, sautille et parle fort ; une vraie ado, désolée pour la comparaison persistante mais je ne vois que ça.

Les commentaires sont fermés.